Screen Shot 2017-01-21 at 7.27.21 PM.png

Bienvenue!

Fondé en 2005, DigitLife Magazine est un site dédié à l'image et aux technologies numériques. Photographie, univers Apple, solutions mobile,... nos rédacteurs portent un regard "sans contraintes" sur les technologies et les images qu'elles permettent de créer. Bon voyage!

Sony A7, spectaculaire plein format « low cost »

Sony A7, spectaculaire plein format « low cost »

Sony A7, spectaculaire plein format « low cost »

Après la sortie du Sony RX1 qui avait généré, à l’époque, l’effet d’une bombe dans le milieu convenu de la photographie, Sony récidive avec un nouveau boitier, le Sony A7 tout aussi impertinent que le RX1, mais en y apportant de multiples corrections, dont l’objectif qui devient interchangeable, et surtout un tarif « smicardesque ». Moins de 1300€, du jamais vu pour un boitier équipé d’un capteur plein format (FF - Full Frame) avec en prime une compacité comparable aux appareils photo hybrides.

D’un point de vue technique et aux regards des résultats photographiques spectaculaires, le Sony A7 tient tête aux meilleurs reflex du moment si je ne tiens pas compte de l’EVF (visée électronique) si décriée, parfois à tort, car cette fameuse visée EVF remplit la plupart des situations qu’un photographe expérimenté peut rencontrer dans son quotidien photographique.

Les photographes les plus pertinents ont de suite reconnu les multiples avantages de shooter avec le Sony A7, un produit ultra léger, ultra performant et avec le luxe de pouvoir utiliser des optiques tierces, grâce au faible tirage optique, comme les prestigieuses optiques Leica! 

J’ai eu l’occasion d’utiliser de manière intensive et pratique pendant plusieurs mois le Sony A7. Ce boitier « low cost » m’a interpellé par ses nombreuses possibilités photographiques, techniques, ergonomiques… mais aussi par ses bémols qui agacent une fois que le produit est cadré et maitrisé. Si le boitier « ultime » n’existe toujours pas, le Sony A7 (comme la gamme Fuji X-Premium) répond de plus en plus précisément à un certain type de photographie et de photographes tant débutants, experts ou vivants de cette activité.

Attention: entrer dans le monde photographique avec ce nouveau Sony A7, c’est faire un pari sur l’avenir avec une nouvelle monture de type E. Une nouvelle monture implique un parc optique peu fourni (pour le moment) au regard de marques comme Canon, Nikon, Fuji, Olympus…

Le Sony A7, un boitier aux inspirations vintage à l'encombrement d'un appareil hybride

Témoignages…

 ƒ1,4 avec le summilux 50 asph sur Sony A7 - Crédit photo: Sebastien Beghin

ƒ1,4 avec le summilux 50 asph sur Sony A7 - Crédit photo: Sebastien Beghin

Je ne vais pas refaire la roue de la page technique juste pour remplir une page blanche, mais vous faire part de mon expérience par un survol des différents aspects qui me semble souhaitables de retenir du Sony A7.Une expérience personnelle à la fois objective et subjective, tout dépend du point de vue dans lequel vous vous placez dans la pratique photographique.

J'ai lu beaucoup d'articles au sujet du Sony A7, mais deux m'ont particulièrement retenu leurs attentions par leurs authenticités professionnelles et par leurs vécus. Deux photographes professionnels de talents: Sebastien Beghin et Cedric Duhez. Tous deux ont parfaitement compris les avantages du système Sony A7/A7R à la condition de la parfaite compréhension de l'usage adapté du Sony A7.

 Crédit photo: Cedric Duhez

Crédit photo: Cedric Duhez

Sony A7 en mode basique.

Les articles sur le Sony A7 foisonnent sur internet et dans la presse papier. Chacun y va de sa description technique minutieuse, de son analyse des courbes du DxO Labs. Pour celles et ceux qui affectionnent ce type de lecture, je leur conseille les articles de Focus Numérique.

En revanche, je vous invite à faire l’effort de lire en détail la page technique du Sony A7 sur le site Sony France.

Capteur

  • Capteur CMOS Exmor plein format de 24 millions de pixels.
  • Type: Fast Hybrid avec détection de contraste et détection de phase.
  • Monture objectif de de type E
  • Collimateurs: 117 points (en détection de phase) et 25 points en détection de contraste.
  • Sélection: Plage large (auto) / collimateur central / spot flexible (3 tailles: S, M, L)

Modes exposition.

  • Film (exposition automatique programmée (P) / Priorité à l'ouverture (A) / Priorité à la vitesse d'obturateur (S) / Manuel (M))
  • Mode Panorama par balayage
  • Sélection des modes
  • iAUTO

Modes autofocus.

  • Modes: AF single shot / AF continu / DMF - Direct Manuel Focus avec retouche du point /Mise au point manuelle (avec zoom d’assistance).

Vitesse d’obturation.

  • Photos : 1/8000 à 30 secondes.
  • Vidéos : 1/8000 à 1/4 (par paliers de 1/3) jusqu'à 1/50 en mode AUTO (jusqu'à 1/25 en mode d'obturation lente auto.)

Partie vidéo

  • Format: AVCHD ou MP4.
  • Son : Dolby Digital (AC-3) / MPEG-4 AAC-LC, 2ch.
  • Full HD AVCHD : 1920 x 1080 (60p, 60i, 50p, 50i, 25p, 24p) HD MP4 : 1440 x 1080 (12Mbps / 30 i/s)
  • Auto focus : en continu durant la prise de vue / très silencieux Micro : stéréo intégré.
  • Audio: contrôle en temps réel du niveau d’enregistrement.

Visée

  • Écran arrière (Taille: 3.0" – 921.600 points Couverture : 100% de l’image cadrée) de type TFT et orientable de +90° à -45°.
  • Viseur numérique de type OLED XGA avec 2.3 Millions de points Couverture: 100%. Grossissement: 0.71x. Angle de vue env 33°. Réglages : dioptrie -4 à +3 m-1.

Personnalisation

  • Mise en mémoire de deux configurations.
  • 3 boutons de personnalisation.
  • Redéfinition des principaux boutons de fonction.
  • Soit un total de 49 possibilités.

Divers

  • Mise au point manuelle avec focus peaking.
  • Doublage de focale en mode numérique et JPEG uniquement.

Poids, dimensions et autonomie

  • Taille: 126.9mm x 94.4mm x 48.2mm
  • Poids: 416g.
  • Autonomie: Photo : 340 vues.

Sony A7 en mode expérience.

Partie vidéo.

Je fais partie de ces photographes qui considèrent, peut-être à tort, qu’il est difficile, voire impossible, durant une séance de travail, d’être à la fois  photographe et cinéaste. La manière de penser l’image fixe est radicalement différente de l’image animée. Si vous vous investissez dans la vidéo avec le Sony A7, il vous faudra prévoir un certain nombre d’accessoires onéreux pour transformer l’appareil photo en caméscope performant. En revanche, pour la réalisation de Time-Lapse, le Sony A7 fait le job avec l’application Time-Lapse à télécharger sur le site Sony dans la section Play Memories Camera Apps.
Malgré cette considération personnelle,  le Sony A7 fait partie de ces boitiers qui remplissent le cahier des charges d’un vidéaste exigeant,expert, voire professionnel. Je vous invite, sur ce point, à suivre les articles d’Émanuel Pampuri sur son site Pampuri’s Blog et notamment cette vidéo où Emmanuel parle avec spontanéité et simplicité du Sony A7.

Prise en main globale.

Le vintage est dans l’air, le Sony A7 n’échappe pas à cette tendance. Le boitier Sony n’est ni beau ni laid, il n’a pas de caractère comme peuvent l’être les boitiers Fuji ou Leica. La préhension du boitier pour de grandes ou petites mains est plutôt agréable, les touches, après un entrainement tombent assez naturellement sous la main. Sur le terrain, une fois que vous vous êtes familiarisé avec les différentes touches de fonctions et de personnalisation l’acte photographique s’effectue sans quitter l’oeil du viseur, contrairement à quelques boitiers comme le Nikon Df.

Compréhension globale.

Un photographe qui prendrait pour la première fois le Sony A7 en main serait rapidement dans le vif du sujet avec les principales fonctions de l’appareil. Les logos sont clairs et explicites, les commandes fonctionnelles sont bien positionnées. En revanche, l’usage expert du Sony A7 peut requérir plusieurs semaines d’apprentissage, non parce que le Sony A7 serait compliqué mais parce qu’il est complexe

Qualité de l’EVF.

La qualité de l’EVF (Electronic View Finder) ou visée électronique, si décriée, est très bonne sans être dans l’excellence. Elle répond à la plupart des situations photographiques que l’on rencontre, si l’on exclut la photographie animalière ou sportive. Les avantages de l’EVF visée sont si nombreux que l’on peut accepter quelques désagréments. C’est une technologie qui progresse de plus en plus vite. À moyen terme, les progrès seront tels qu’il n’y aura plus de problème de temps de latence, de contraste trop marqué selon les conditions de luminosité ambiante et une bien meilleure définition. Il faut prendre les aspects positifs de l’EVF comme le contrôle total de l’image saisie. À l’usage, il faudra plus se fier à l’histogramme que la visée proprement dite, c’est une garantie de réussite de vos photos. 
Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de la compréhension de l’histogramme, de savoir l’interpréter, en fonction de la scène,afin d’affecter sur l’appareil les bons réglages en fonction de votre recherche artistique.
Petit détail: je regrette qu’il ne soit pas possible de visualiser simultanément le réglage de l’horizon et l’histogramme… peut-être dans une mise à jour à venir du firmware.

Qualité de l’écran arrière.

La qualité de cet écran est excellente, tant pour prendre des photos que pour les visualiser, à condition de se mettre en position « Tps ensoleillé » dans la section « Boite à outils » des menus du Sony A7. Par l’intermédiaire des réglages du boitier, les informations qui apparaissent sur l’écran arrière, mais aussi dans l’EVF, sont modifiables. L’inclinaison de l’écran arrière est un plus pour la maitrise de la prise de vue. Malheureusement sur un seul axe de +90° à -45° contrairement à celui du Sony A99 qui lui s’oriente sur tous les axes.
Je vous recommande  d’être particulièrement vigilant quant à une utilisation fréquente de l’inclinaison de l’écran, c’est une partie fragile, qui peut endommager rapidement l’écran si l’on ne prend garde. L’impression de robustesse n’est pas au rendez-vous sur cette partie du boitier, contrairement au Sony Alpha 99 (décidément un excellent boitier)

La préhension du boitier pour de grandes ou petites mains est plutôt agréable, les touches, après un entrainement tombent assez naturellement sous la main. Sur le terrain, une fois que vous vous êtes familiarisé avec les différentes touches de fonctions et de personnalisation l’acte photographique s’effectue sans quitter l’oeil du viseur

Réactivité de l’AF.

Clairement, le Sony A7 est nettement plus réactif que le Sony RX1, mais me semble en retrait du Sony A99 (à vérifier). Pour faire une comparaison avec l’AF d’un Nikon Df, le Sony A7 est là aussi moins véloce. Je vous rassure, le Sony A7 est parfaitement capable de faire de la photographie de rue où les mouvements des sujets sont permanents et imprévisibles. 
Il n’y a pas de secret, il faut savoir utiliser le bon AF selon le sujet photographié, la situation photographique, mais aussi du diaphragme choisi. Par exemple, sur le Sony A7, il existe la fonction « Eye-AF » qui fera la mise au point uniquement sur l’oeil. Le choix du type d’AF s’effectue aussi en prenant compte de l’objectif et d’un éventuel premier plan. Tout cela pour vous dire qu’il ne faut pas rester dans l’éternel AF de type «Large », mais partir en exploration vers les AF « Flexibles » (L,M,S), « Zone ». Les options de réglages de l’AF sur le Sony A7 sont multiples et expertes; c’est une des valeurs ajoutées de ce boitier rempli de bonnes surprises.

Focus Peaking en régression.

C’est Sony qui a introduit ce mode de contrôle en mise au point manuel, qui affiche les zones de netteté dans une surbrillance colorée (blanche, jaune ou rouge et d’une intensité variable). Le mode « Aide AF » (aussi appelé Magnificent) va se rapprocher automatiquement du sujet afin d’affiner la mise au point. Très curieusement, le « Focus Peaking » du Sony A7 est nettement en retrait de celui du Sony RX1 ou du Sony A99 dans le mode « Aide AF » ou les points sont à peine perceptibles pour être précis. Une mise à jour du firmware pourrait régler cet inconvénient… Si Sony daigne écouter ses clients!
Dans la pratique, je conseille de désactiver « Aide AF » et de rendre opérationnel le mode « Zoom ». Dans le même ordre si l’EVF était moins contrasté pour une meilleure définition le mode focus peaking serait plus précis et plus agréable à effectuer. Malgré cette critique, le focus peaking présente un avantage majeur pour une mise au point manuelle précise. Je conseille de désactiver le mode « Aide AF » au profit du mode zoom qui se rapproche du sujet sur deux niveaux.

Personnalisation du Sony A7.

La personnalisation du Sony A7est la forte valeur ajoutée du Sony A7. Trois boutons de personnalisation (C1, C2, C3); les fonctions de toutes les autres touches ou presque peuvent être réaffectées. Soit au total 49 fonctions (si j’ai bien compté), de quoi répondre ainsi aux habitudes particulières de chaque photographe.
Si le Sony RX1 permettait l’enregistrement de trois configurations de travail, le Sony A7 n’en propose que deux… Un peu juste dans une pratique experte de la photographie.
De plus, c’est un grand regret, il n’est pas d’avoir des fonctions différentes (des boutons C1, C2, C3) en fonction des deux ensembles de travail mémorisables.Une fois acquise la personnalisation du boitier, vous avez entre les mains un appareil qui répondra immédiatement à vos sollicitudes photographiques. Changer la sensibilité ISO, le mode AF, le mode d’exposition… tout cela est possible sans quitter l’oeil du viseur.

Le choix des optiques.

Rien que cette partie justifierait un ouvrage complet tant le sujet est riche et complexe. Je vais tenter de vous donner quelques points de repère qui devraient être une aide dans vos choix.

Tout comme la personnalisation du boitier, la partie optique, ou plus précisément le potentiel optique, est la valeur ajoutée du Sony A7. Non par l'offre Sony, pour le moment relativement restreint, mais de la capacité du Sony A7 à accueillir des optiques tierces grâce au faible tirage optique. Pour cela, il vous faudra acquérir une bague adaptatrice.

Sony propose un kit avec un zoom d’amplitude 28-70 que je déconseillerais, car les résultats ne sont pas à la hauteur d’un capteur plein format. Le Sony A7 avec son capteur plein format mérite des optiques haut de gamme.

Sony Carl Zeiss 35 mm ƒ2.8: excellente optique que je conseille les yeux fermés même si je lui reproche une ouverture ƒ2.8.

Pour le moment, le catalogue d’optiques Sony signées  Carl Zeiss en monture E est pauvre. Un 35 ƒ2.8, un 55 ƒ1.8 et un zoom 24-70 ƒ4. sont pour le moment disponibles à la vente. J’aurai espéré une ouverture ƒ2 ou ƒ1.4 pour le 35 mm plutôt qu’une ouverture ƒ2.8. Malgré cette ouverture moyenne, les résultats sont impressionnants avec un piqué uniforme à partir de ƒ5.6 et un vignettage à pleine ouverture à peine visible. Le flou d’arrière est très doux. Le 55mm que je n’ai pas eu l’occasion de tester est considéré comme l’un des meilleurs 50mm du marché. Quant au zoom 24-70 ƒ4, les photographes qui ont testé ce zoom ont été déçus des résultats très moyens au regard du tarif, de l’ouverture et moins performant que le 24-70 ƒ2.8 du Sony A99. Il n’y a que le magazine « Chasseur d’images » qui a jugé ce 24-70 comme excellent.

L’attrait ou l’intérêt du Sony A7 vient du faible tirage optique qui permet l’utilisation de pratiquement toutes les optiques tierces du marché (Nikon, Canon, Leica M, Leica R, Pentax, Minolta, Olympus…) avec une bague adaptatrice. C’est incroyable, il est possible de photographier avec des optiques de plus de 70 ans d’âge, c’est à peine croyable et avec des résultats tout aussi incroyables!!

Optiques conseillées.

Je vais faire très court, car il faudrait un ouvrage complet sur cette partie si importante. Il est possible possible d'utiliser les anciennes optiques Sony sur le Sony A7 en monture E avec une bague adaptatrice Sony. Par exemple le zoom Sony Carl Zeiss 24-70 ƒ2.8 avec la bague Sony fonctionnera sur le boitier A7… mais avec un imposant volume. Est-ce bien raisonnable?

Optiques Sony Carl Zeiss monture E.

  • Sony Carl Zeiss 35 mm ƒ2.8: excellente optique que je conseille les yeux fermés même si je lui reproche une ouverture ƒ2.8.
  • Sony Carl Zeiss 55 mm ƒ1.8. Je ne l'ai pas testé, mais cette optique est une référence et considérée par les critiques comme, peut-être, la meilleure à cette focale.
  • Zoom Sony 28-70 mm ƒ3.5-5.6. En achat du kit, ce zoom est pratiquement "offert" pour 300€. Malgré cela, je ne le conseille pas pour ses résultats moyens et sa faible amplitude.
  • Zoom Sony Carl Zeiss 24-70 ƒ4. Je ne l'ai testé. Les sites étrangers le juge très moyen et le magazine Chasseur d'images trouve excellent!

Optiques Leica R.

  • Leica 35 mm Summicron R ƒ2 est excellent sur le Sony A7 avec un beau rendu Leica, mais en retrait de ce qu'il peut offrir sur un boitier Leica. Néanmoins, je conseille cette optique que l'on trouve d'occasion à un bon tarif de moins de 500€.
  • Leica 90 mm Elmarit R ƒ2.8: la gamme tonale et le piqué sont tout simplement sublimes; il enterre toutes les autres optiques de cette focale. On la trouve d'occasion aux alentours des 480€.

Optiques Leica M.

Si vous vivez de la photographie ou que votre banquier vous autorise quelques belles dépenses, alors n'ayez aucune hésitation sur les deux optiques qui vont suivre.

  • Leica M 50 mm ƒ1.4 ASPH.
  • Leica M 35 mm ƒ1.4 ASPH FLE.

Leica Summicron M 50mm ƒ2 (série de l'année 1956. Une optique exceptionnelle, un rendu argentique Leica des années 50 et une gamme tonale étendue. Son seul défaut: une mise au point minimale d'un mètre.

Liens…

À noter

Sony devra dans une future mise à jour revoir la précision du Focus Peaking en mode «Aide AF» ou «Mode Zoom» afin qu'il soit pleinement opérationnel et précis.

Le Sony  A7 est un appareil à objectifs interchangeables. Le faible tirage optique fait que le capteur, très proche de la baïonnette porte-objectif, est particulièrement susceptible aux poussières.

Il aurait été pertinent que les concepteurs du Sony A7 pensent à un rideau fermé quand le boitier est sur «OFF» afin de protéger un peu plus le capteur des poussières durant la phase de changements des optiques.

Toujours dans le registre des oublis sur la conception du boitier. Il n'est pas possible, dans les menus,  d'entrer le nom de la focale tierce utilisée (EXIF) ou de proposer une puce programmable à placer sur les bagues d'adaptation.

Gallerie Sony A7

Il est vrai que l'on peut mettre en valeur n'importe quel appareil photographique avec des photos bien choisies qui percutent le regard. Je place ici une petite partie des photos que j'ai réalisées avec le Sony A7 et différentes optiques comme le Zony 35mm, Leica Elmarit 90mm, Leica Summicron 35mm, Leica Summicron 50 (série de l'année 1956).

Dans les photos présentées, il y a peu de retouches. Juste une accentuation sur la courbe, le contraste et une correction de l'exposition.

Le Sony A7 est un appareil qui expose correctement si on utilise la bonne manière de mesurer la lumière et que l'on sait combiner la vitesse, le diaphragme, mais aussi les ISO.
J'ai utilisé Aperture pour le développement, ce n'est pas le meilleur logiciel pour le Sony A7. Lightroom est excellent et la dernière version reprend les filtres natifs du boitier. Pour un rendu d'excellence à destination d'une exposition, je conseille l'application Capture One. 

Ce que j'en pense.

Avec le Sony A7, Sony démontre sa ferme intention d'être un acteur majeur auprès des photographes experts et professionnels. Sony confirme avec ce boitier qu'il maitrise parfaitement l'électronique d'un boitier photo malgré. Offrir un capteur plein format à un tarif aussi "raisonnable" est aussi une excellente nouvelle, mais cela oblige le futur acquéreur à y mettre des optiques haut de gamme pour exploiter au mieux les qualités photographiques du full frame.

J'ai fait un survol plus que rapide du Sony A7, c'est un livre qu'il faudrait écrire pour d'écrire, expliquer, démontrer tous les aspects de ce Sony A7 particulièrement attractif.

Pour un tarif à moins de 1300€, le boitier nu, il ne faut pas s'attendre à une qualité de fabrication qui rivaliserait avec un boitier Leica, ne rêvons pas! Malgré les affirmations marketing quant à la robustesse au temps du Sony A7, le boitier est particulièrement sensible à la poussière. Pour preuve, j'ai eu deux Sony A7 pour lesquelles j'ai remarqué un dysfonctionnement sur la molette arrière (commande du diaphragme ou de la vitesse) à cause d'un grain de sable qui s'est introduit dans le mécanisme.

J'insiste beaucoup pour les futurs acquéreurs du Sony A7 de l'importance du temps passé à se familiariser avec toutes les fonctions du boitier et surtout de sa personnalisation complexe, mais pas compliquée.

Le choix de l'optique est certainement la partie la plus délicate. Le catalogue Sony est pour le moment assez pauvre, il va s'enrichir au fil des mois. Le 35 mm et 55 mm Sony Carl Zeiss sont deux excellents choix. Si vous souhaitez obtenir un rendu photographique plus caractérisé, faites l'effort d'une optique Leica M ou R sur le marché de l'occasion. Par exemple un Leica R Elmarit de 90 mm entre 400 et 500€ ou alors un 50 mm ƒ1.2 Voigtlander auront de quoi vous surprendre.

Le Sony A7 souffre de quelques incompréhensions concernant l'ergonomie. Par exemple, il n'est pas possible d'affecter le coefficient d'une focale (un 50 mm devient un 100 mm en mode JPEG) à un bouton de fonction. Il faut nécessairement passer par les menus, c'est pour le moins surprenant.

Quelques photographes pourraient se poser la question du choix entre le système Fuji X-Premium et le nouveau système Sony A7/A7R… Je vais tenter d'apporter une réponse en étant le plus concis possible. La gamme optique Fuji est nettement plus riche et offre un rendu d'image qui a beaucoup de caractère et bien différent de tous les autres rendus des différentes marques. La qualité de fabrication est plutôt favorable à la marque Fuji et un SAV sérieux. Ce qui n'est pas le cas chez Sony. La force du Sony A7 est son capteur plein format et son faible tirage optique pour adopter des optiques tierces sans coefficient modificateur de focale. Une personnalisation plus aboutie que Fuji, mais sans simulation de films qui est une des forces du système Fuji. Quant à la pratique sur le terrain la visée EFV du Fuji XT1 est proche de la visée du Sony A7, même si le grossissement est moindre. Quant à la qualité de l'écran arrière, sans nul doute possible, le Sony A7 se montre supérieur, surtout en plein soleil.

Même si le boitier A7 n'est pas parfait quant à sa fabrication ou à des oublis fonctionnels et ergonomiques…le Sony A7 est l'un des meilleurs boitiers du moment pour ses qualités photographiques, son poids, son encombrement et son tarif. J'attends avec une certaine impatience que Sony nous fasse la surprise de sortir un Sony A7 plus professionnel, plus robuste avec une vraie protection contre les intempéries.

Bonne journée à toutes et à tous

ALERTE SITES PHOTOS INTROUVABLES !

Retour vers la Surface 2

Retour vers la Surface 2