Screen Shot 2017-01-21 at 7.27.21 PM.png

Bienvenue!

Fondé en 2005, DigitLife Magazine est un site dédié à l'image et aux technologies numériques. Photographie, univers Apple, solutions mobile,... nos rédacteurs portent un regard "sans contraintes" sur les technologies et les images qu'elles permettent de créer. Bon voyage!

Retour vers la Surface 2

Retour vers la Surface 2

Lorsque je sélectionne les produits que je teste, je désire découvrir les progrès ou les retards que peut avoir la concurrence face à Apple. Mon addiction aux produits à la pomme m’amène parfois à faire différent constat. En testant la Surface 2, je n’ai pas souhaité faire un comparatif produit pur et dur. J’ai préféré orienter mon test vers une seule question : à quoi pourrait-elle bien me servir ? 

Caractéristiques :

  • Processeur : Nvidia Tegra 4 cadencé à 1,7 GHz
  • Écran : ClearType HD de 10,6 pouces d’une résolution de 1 920 x 1 080 pixels
  • Mémoire vive : 2 Go
  • Capacités de stockage : 32 ou 64 Go
  • Connectivité : WiFi a / b / g / n, Bluetooth 4.0
  • Entrées / sorties : Port USB 3.0, lecteur Micro SD, prise d’écouteur, sortie Micro HDMI
  • Caméra principale : 5 mégapixels
  • Caméra frontale : 3,5 mégapixels
  • Boîtier : En magnésium (VaporMg)
  • Autonomie : 10 h
  • Poids : 676 grammes
  • Dimensions : 274,5 x 172,46 x 8,89 mm

Caractéristiques techniques : PDF

Pour la partie Fonctionnelle

Le modèle testé, la Surface 2 32 Go avec le Cover 2. Lors du déballage, j’ai fait un tour d’horizon du produit. Sur la périphérie de l’appareil vous trouvez: un port USB3,  un connecteur Micro HDMI, un connecteur de type MagSafe, de deux haut-parleurs de part et d’autre de l’écran, des boutons physiques d’alimentation et de volume ainsi que la prise jack 3,5 mm. Puis je bascule son pied escamotable, je continu mon tour d’horizon, bien caché derrière, je découvre un slot Micro SD capable d’accueillir une Micro SD de 64 Go. En terme de finition, sa robe en magnésium lui confère un charme indiscutable. J’appuie sur le bouton Power, l’écran s’illumine, le mot « SURFACE » apparaît à l’écran en blanc sur fond noir pendant le démarrage de Windows. Après avoir franchi les différents modes de configuration du logiciel. La page d’accueil apparaît, j’enclenche le Cover 2, les touches s’illuminent. Je vais enfin découvrir ce que la Surface 2 a dans le ventre.

Première épreuve, la brancher avec un câble micro HDMI sur mon écran d’ordinateur Full HD. Vous pouvez sélectionner différents types d’affichage, partager, dupliquer ou affichage unique sur l’écran ou la tablette. La Surface s’est montrée tout à fait vaillante face à cette épreuve. Donc première constatation, je peux la brancher sur un écran Full HD.

Deuxième épreuve, une fois branchée sur l’écran, j’ai décidé de brancher sur le port USB 3 mon Hub USB sur lequel est connecté un clavier et une souris. Vous êtes face à un poste de travail informatique animé par une tablette numérique sous Windows 8.1 RT. Deuxième constatation, je peux aussi l’utiliser en mode sédentaire comme un ordinateur de bureau.

Troisième épreuve, je lui ai redonné sa liberté pour la confronter à un monde pour lequel elle a été créée, la mobilité. La batterie pleine d’énergie, me voilà partie en déplacement avec la tablette. Je l’ai d’ailleurs utilisé pour écrire des articles. Malgré la taille du clavier, les touches sont suffisamment grandes et la frappe est très agréable. Par contre, Microsoft aurait dû s’abstenir de greffer un Trackpad sur le cover. L’accessoire est ridiculement petit et ne sert à rien, l’écran étant tactile. La réception WiFi est très bonne, me permettant de me connecter aisément au fin fond de la gare de Bordeaux Saint-Jean (Mur en pierre de taille et béton armé) au réseau WiFi. L’autonomie est tout à fait surprenante en usage bureautique avec le WiFi activé. Troisième constatation, la Surface 2 est autonome, le Cover est suffisant pour saisir du texte et la réception WiFi est bonne.

Quatrième épreuve, a t’elle du coffre ? La plupart des produits annoncent un stockage total, sans pour autant nous offrir la valeur utile dont va bénéficier l'utilisateur. La Surface n’a pas la partie de stockage disponible la plus appréciable, mais le Slot Micro SD est capable d’accueillir une carte de 64 Go. Il y a un port USB 3, permettant aussi de connecter un disque dur externe ou une clé USB sans la jailbreaker. Quatrième constat, cette tablette a un petit coffre, mais on peut y installer une remorque ainsi qu’un coffre de toit.

Cinquième épreuve, l’utiliser comme mon iPad. Je l’ai désarçonné de son Cover, pour l’amener dans un lieu où j’ai tendance à aller pour consulter l’actu Tech, les toilettes. Je lance Flipboard (disponible aussi sous Windows 8.1), je l’oriente en position verticale et là ça me saute aux yeux. L’écran est en 16 :9, rendant l'utilisation plus agréable en position paysage que portrait. Pour vous donner un ordre d’idée, vous prenez l’iPhone 5 et vous le grossissez au format 10 pouces. Vous êtes alors face à la Surface en mode portrait. Cinquième constat, la consultation en mode portrait n’est pas sa priorité, le bouton Home tactile étant placé pour l’utiliser en mode Paysage.

Sixième épreuve, la confronter aux multimédias, il n’y a pas que le travail dans la vie, il y a aussi les loisirs. L’application Deezer téléchargée, les paramètres de mon compte rempli et validé. Je lui demande, bien sûr en tactile, de me jouer ma playlist préférée. La musique commence, j’augmente le son jusqu’au maximum, le son est clair et sans saturation. Puis, je branche une clé USB, où plusieurs médias sous différent format et codec y sont bien au chaud. Les médias pris en charge par la Surface sont assez limités : avi, mp4 et wmv. Les applications du style PressPlay Video (gratuit) pour le MKV et le FLV ou PowerDVD mobile (12,49€) compatible avec la plupart des formats. À l’épreuve du jeu maintenant, j’ai l’habitude de jouer à un jeu de voiture que j’ai connue sous iOS, Reckless 2 un mixe entre micro machine et Flat out 2 à la sauce 3D. Je lance le jeu, la jouabilité ainsi que la fluidité est identique à celle que je connais sous iOS. Sixième constat, le multimédia ne lui fait pas peur.

Je ne lui ai pas fait passer l’épreuve du feu, ne voulant pas déranger Denis Brogniart. J’ai était surpris par la Surface 2, qui est tout à fait fonctionnelle. Même si le format de l’écran est plus orienté à un usage en mode paysage, son pied escamotable ainsi que le Cover nous le prouve. C’est un appareil dédié à la mobilité, elle est aussi habile en usage sédentaire.

Surface 2- position1.jpg

Pour la partie software

Cette tablette tourne sur une version de Windows adapté pour les processeurs ARM. Elle n’a pas le store le plus achalandé, une vraie déception, comparée à la concurrence. Vous ne pouvez installer que les applications que vous trouvez sur Windows Store, à vrai dire comme sur un iPad. La plus part du temps, nous cherchons à comparer le nombre total d’applications sous iOS, Androïd ou Windows 8.1. Le chiffre total du Windows store n’a pas le chiffre le plus important. Faut-il juger la tablette par rapport à ce chiffre ? Je dirai non, car ce qui compte, c’est le contenu, la qualité et non la quantité. Vous ne trouverez ni Chrome (vous avez Explorer) ni VLC (un projet kick-starter en cours). La Surface 2 ainsi que Windows 8 vient de fêter ses deux année de vie. IOS à ses débuts, n’avait que Safari, iTunes (il fallait convertir en mp4 toutes les vidéos) et j’en passe. Le développement applicatif sous Windows 8 est en progression constante, offrant de jour en jour de nouvelles applications. À ce jour, vous trouvez une bonne partie d’application déjà disponible dans le monde de la pomme ou du droïde. Son point fort sera le Pack Office ainsi que la fonction multiécran.

La plupart des personnes ont tendance à comparer cette tablette avec l’iPad. Mais depuis la réapparition du bureau sous Windows 8.1, on aurait tendance à ne plus faire ce type de comparaison. Les deux Os sont différents à l’usage, Windows 8.1 vous permettra d’avoir un mode multi fenêtre (seulement deux fenêtres active). Windows 8.1, est un Os hybride étant mi-figue mi-raisin. Microsoft lui a conféré une orientation vraiment différente à celle de l’iPad, qui se situe entre un mini PC portable et une tablette.

Pour conclure, ce qui fera la force de Windows 8.1 et confirmera les ventes de la Surface à l’avenir se produira grâce aux développeurs et aux consommateurs, un vrai cercle vicieux. 

Ce que j’ai apprécié

  • Autonomie
  • Prise micro HDMI
  • Cover 2 avec clavier rétro-éclairé
  • Slot micro SD
  • Connectivité
  • Réception Wifi
  • Prise USB
  • Fonctionne avec une souris 

Ce que je regrette

  •  Limitation logiciel

Ce que j’en pense

La Surface 2 est une bonne tablette numérique, son design et son ergonomie m’ont démontré que Microsoft pouvait faire du Hardware. La presse informatique aura tendance à la comparer à l’iPad, comme d’habitude, mais il faut comparer ce qui est comparable. La Surface est une tablette que je conseillerai à une personne cherchant à faire de la productivité, tout en étant très à l’aise dans les loisirs numériques. J’ai constaté avec stupeur son autonomie, de plus de 10h, qui m’a littéralement bluffé pour un produit tournant sous Windows 8.1. Sa connectivité, un atout, est tout à fait complète pour une tablette numérique. Ce qui m’a fait le plus plaisir, c’est le connecteur aimanté de type MagSafe pour recharger la tablette. Même si le concept appartient à l’ADN d’Apple, tous les fabricants de PC portable devraient faire de même. Le pied escamotable à deux positions, un vrai bonheur, permettant d'utiliser la tablette en position incliné. Le clavier rétro éclairé est une bonne évolution du Cover 2. 

En revanche, après les louanges, je vais certainement être moins tendre. La Surface 2, donc RT, est une tablette numérique s’orientant plus à vers un Netbook. Sa limitation logicielle sera certainement une incompréhension pour le commun des mortels. Ne lui offrant aucun répit, face à la concurrence. Mais l’iPad a la même limitation, c’est à dire devoir passer par un store pour acheter une application. Je pense aussi que la version 1 a été mal présenté en France, avec une campagne de pub du style comédie musicale, n’apportant aucune explication sur le produit. La campagne de pub pour la version 2 s’oriente plus vers l’utilisation, mettant en scène des monsieur et madame tout le monde en passant par une étudiante en médecine, expliquant l'utilité de la tablette dans la vraie vie. Mais est-ce vraiment suffisant pour nous donner envie de l’acheter face à un iPad ? Je dirai non. Microsoft a pris du retard et doit expliquer au futur consommateur que cette tablette n’est pas un iPad et qu’elle est différente dans son usage.

Pour conclure, la Surface 2 RT est pour moi une tablette numérique très mature. Microsoft l’a fait évoluer vers ce que le consommateur désirait d’une tablette dite productive. La Surface a tout ce que l’iPad n’a pas, une vraie sortie vidéo, une prise USB, un Slot micro SD, un pied escamotable, un Cover faisant office de clavier et pour finir une prise de recharge de type Magsafe. Maintenant, l’iPad a une bonne partie de ce que j’ai cité sous forme d’appendice vendu chacun 29€ pièce se branchant sur un seul connecteur, le port lightning. Ainsi que l’impossibilité de brancher une clé USB avec l'adaptateur prévu sans jailbreaker ou tout simplement d’étendre la capacité mémoire. La Surface souffre juste d’un intérêt moins jouissif que la tablette à la Pomme.

Est-ce que je conseillerai la Surface 2 ?

Je réponds avec un grand oui, mais attention ce n’est pas un iPad, c’est une tablette hybride fonctionnant sous Windows 8.1 ce situant entre un Netbook et une tablette. 

 Baignade Non Surveillée by Éric Courcy

Baignade Non Surveillée by Éric Courcy

Sony A7, spectaculaire plein format « low cost »

Sony A7, spectaculaire plein format « low cost »

Le Casque Zik adoucit les bruits

Le Casque Zik adoucit les bruits