All tagged Phase One

Capture One Pro 12, l’app photographique aussi précieuse que votre plus belle optique.

La douzième itération de Capture One est sortie depuis bientôt quatre mois. Phase One, l’éditeur s’est concentré sur une évolution significative et réfléchie sur plusieurs niveaux.

Une interface modernisée plus lisible, de nouveaux outils, une amélioration des algorithmes des rendus et enfin l’ouverture, tant attendue, aux modules externes (Plug-ins). Une évolution majeure dans la douceur, de quoi séduire un public de photographes plus large et plus de plus exigeant sur le rendu final de leurs photographies.

Cette douzième version sera une étape remarquée pour les utilisateurs des boitiers Fujifilm. En effet, le rendu natif des simulations de films argentiques Fujifilm est désormais disponible au sein de Capture One Pro 12.

Bref, cette version 12 de Capture One Pro ne fait que confirmer, une fois de plus, que c’est la meilleure application qui saura accompagner et développer votre sens artistique de l’image.

Capture One Pro 10, une référence qui annonce le déclin de Lightroom !

Si Capture One Pro jusqu’à sa version 8 était LE produit de référence auprès des photographes de mode et de studio, il est, depuis la version 9, un logiciel de plus en plus plébiscité par des photographes professionnels, experts, mais aussi de débutants passionnés en quête d’une expression photographique authentique et personnelle.

Capture One Pro 10 est de sortie depuis le 1er décembre 2016, une nouvelle version majeure qui évolue dans la douceur. L’accent est mis sur la fameuse expérience utilisateur, pour reprendre les termes du communiqué de presse, et des améliorations notables sur le rendu de certaines fonctions au sein de Capture One Pro 10.

Capture One Pro 10 s’attaque à la conquête du grand public tout en préservant l’aspect « ultra-professionnel » de son logiciel et de sa cible initiale. Capture One Pro 10 est une application complexe par la richesse fonctionnelle de ses modules, mais d’une étonnante simplicité une fois que l’on a compris sa philosophie et de la modularité extrême de l’interface jusqu’à rendre minimaliste Capture One Pro 10.

L’éditeur Phase One creuse le sillon avec talent et tacle à chaque version son concurrent Lightroom… Le petit éditeur danois face au mastodonte américain Adobe… Un petit éditeur qui, grâce à son talent et à pertinence, fait de son produit Capture One Pro 10 un standard et une référence de l’édition photographique. Une position qui se conforte à chaque nouvelle version, qui pourrait annoncer le début du déclin de l’application Lightroom et de toute une époque #ElleEstPasBelleLaViePhotoGraphique avec Capture One Pro 10 

Migration Aperture vers Capture One Pro.

Tout à une fin… et cette fin est proche pour les utilisateurs d’Aperture lamentablement et minablement abandonné par Apple. Pour beaucoup de ses utilisateurs, le choix d’un autre produit est aussi complexe que cornélien. Entre Lightroom et Capture One Pro, il n’y a pas beaucoup d’autres alternatives; peut-être DxO OPticsPro ou pour les plus aventureux le projet open source LightZone.
Dans ce premier article, consacré à la migration d’Aperture, je commencerai avec l’application Capture One Pro en vous exposant succinctement ses avantages et ses inconvénients ainsi que la posture à adopter pour réussir au mieux la migration de votre photothèque Aperture vers Capture One Pro (version 8) . Un second  article sera consacré à la migration d’Aperture vers Lightroom.

Capture One Pro 8, l'obsession de la perfection

Phase One, l’éditeur danois rendu célèbre pour le sérieux et la rigueur ultra-qualitative de ses produits  que sont les dos numériques et les applications photographiques, vient de mettre à jour Capture One Pro dans sa huitième version. Capture One Pro, pour ceux qui connaissent peu ou pas ce produit de développements des fichiers Raw, c’est l’application de référence « réservée » aux photographes qui aspirent aux meilleurs traitements numériques de leurs photos… parce qu’elles le méritent!

J’ai fait la connaissance de Capture One Pro depuis la version 1, bien avant que des produits comme Aperture ou Lightroom viennent débarquer sur le marché. Déjà, dans sa première version, Capture One Pro présentait des qualités de développement et de rapidité tout à fait exceptionnels. Capture One Pro ne ressemble à aucun autre produit sur ce segment de marché. L’approche fonctionnelle de Capture One Pro est unique et son éditeur Phase One cultive l’obsession de la perfection.

Capture One Pro, malgré ses indéniables qualités de références, reconnues par l’ensemble de la communauté photographique, présente des difficultés pour s'imposer en masse sur les disques durs des photographes pour une simple raison : l'absence d'une gestion avancée et moderne d'une librairie photographique. Le management des informations IPTC et EXIF revêt un caractère au moins aussi important que la partie développement image. La gestion IPTC/EXIF proposée par Capture One Pro est trop en retrait de ce que propose la concurrence pour s'imposer naturellement.

La dernière version 8 de Capture One Pro avance plus encore dans la quête de la perfection de l'image développée; un nouveau moteur de rendu, de nouvelles fonctions ainsi que des réglages plus fins, plus subtils. J'ai noté quelques avancées importantes quant à la gestion des catalogues photographiques. Mais, sur ce point, nous sommes encore loin de ce que cela devrait être.

Aperture est mort, vive Photos. Une excellente nouvelle ?!

L’annonce faite par Apple de la fin de vie d’Aperture a été pour le moins brutale et violente. Une annonce qui n’est pas sans rappeler celle de l’arrêt des Xserve. Une attitude cavalière, sans aucune élégance au regard des utilisateurs qui ont soutenu Aperture jusqu’au bout alors que le produit « s’écroulait » au fil des mises à jour du système OS X.
Aperture était un produit novateur sur le fond avec un flux de travail particulièrement souple. Malgré d’évidentes qualités, Aperture souffrait dans la forme de très nombreuses incohérences (suppression des mots-clés, gestion des données IPTC et EXIF, mode plein écran coupé de certaines fonctions… et la liste est malheureusement longue…).

Une remise à niveau cohérente d’Aperture 3 aurait nécessité une réécriture complète de l’application avec en plus le souci de la parfaite cohérence fonctionnelle entre OS X et iOS.
Aperture, iPhoto sur OS X et Photos, iPhoto sur iOS trop d’applications aux noms différents, aux fonctionnalités différentes, avec une compatibilité toute relative et beaucoup de confusions dans leurs usages. Pour toutes ces raisons, Apple a pris la bonne décision, sur le fond, d’arrêter purement et simplement tous ces produits dont Aperture pour se consacrer à une seule application commune qui portera le nom de Photos sur les environnement iOS et OS X.

Plutôt que de réagir individuellement aux réactions du premier article sur « Renommer ses photos », il me paraissait plus simple et plus complet de répondre en publiant un nouvel article sur le sujet.Toutes les réactions que j’ai pu lire me confortent sur l’idée que beaucoup de photographes ont une organisation très personnelle de leurs photos et parfois très éloignée de la plus simple des organisations de travail… Je sais, ce n’est pas agréable à lire

S’il y a un postulat qui ne peut être remis en cause sur le fond, c’est le renommage des photos avant une quelconque organisation photographique.Je pense que tout le monde sera d’accord pour qu’un fichier porte un nom cohérent à la fois pour d’évidentes raisons d’organisation, mais aussi pour d’évidentes raisons de compréhension à la fois pour l’auteur, mais aussi pour d’autres personnes qui pourraient être amené à travailler ou consulter ces fichiers. On appelle cela de l’organisation de travail autour de l’objet informatique. Dans le conseil d’organisation d’un flux de travail photographique, c’est une règle d’or et je sais que cela hérisse le poil de certains photographes (sic). J’ai écrit, voilà quelques années, un papier sur un produit qui s’appelait (qui s’appelle toujours) A Better Finder Rename qui permet de renommer tous types de fichier et notamment les photos en utilisant la date de prise de vue inclue dans les données EXIF. Aujourd’hui, dans le domaine de la photo, cet utilitaire à moins de raison d’être puisque les applications comme Aperture, Lightroom, Capture One permettent de renommer automatiquement les photos pendant la phase d’importation.