Screen Shot 2017-01-21 at 7.27.21 PM.png

Bienvenue!

Fondé en 2005, DigitLife Magazine est un site dédié à l'image et aux technologies numériques. Photographie, univers Apple, solutions mobile,... nos rédacteurs portent un regard "sans contraintes" sur les technologies et les images qu'elles permettent de créer. Bon voyage!

Capture One Pro 12, l’app photographique aussi précieuse que votre plus belle optique.

Capture One Pro 12, l’app photographique aussi précieuse que votre plus belle optique.

La douzième itération de Capture One est sortie depuis bientôt quatre mois. Phase One, l’éditeur s’est concentré sur une évolution significative et réfléchie sur plusieurs niveaux.

Une interface modernisée plus lisible, de nouveaux outils, une amélioration des algorithmes des rendus et enfin l’ouverture, tant attendue, aux modules externes (Plug-ins). Une évolution majeure dans la douceur, de quoi séduire un public de photographes plus large et plus de plus exigeant sur le rendu final de leurs photographies.

Cette douzième version sera une étape remarquée pour les utilisateurs des boitiers Fujifilm. En effet, le rendu natif des simulations de films argentiques Fujifilm est désormais disponible au sein de Capture One Pro 12.

Bref, cette version 12 de Capture One Pro ne fait que confirmer, une fois de plus, que c’est la meilleure application qui saura accompagner et développer votre sens artistique de l’image.

Prenez le temps de regarder cette courte vidéo qui expose toutes les nouveautés de Capture One 12. Une nouvelle version qui offre un contrôle encore plus créatif grâce aux nouveaux masques radiaux, linéaires et de luminosité. Une interface utilisateur sophistiquée qui invite à une expérience utilisateur plus efficace et intuitive, et le nouvel écosystème de plug-ins s'ouvrira pour une infinité de possibilités d'intégration de services.

Les nouveautés de Capture One Pro 12


Petits rappels

Avant de survoler toutes les nouveautés qui entourent Capture One Pro 12, il est bon de rappeler les deux principales valeurs ajoutées de Capture One Pro.

  • La force première de Capture One Pro réside dans le rendu photographique particulièrement subtil, sans que l’utilisateur ait le besoin de connaitre toutes les fonctions subtilités de l’application.
  • La seconde force de Capture One Pro, est la personnalisation totale de l’environnement de travail. Cette personnalisation va du choix des outils, que vous souhaitez voir sur votre écran, de l’agencement prioritaire de ces outils, et, de la personnalisation des raccourcis clavier.

Pour les photographes qui débute dans l'environnement de Capture One Pro 12, de se personnaliser un espace de travail minimaliste avec, juste, les outils suivants: Caractéristiques de base, Balance des blancs Exposition, High Dynamic Range, Clarté, Courbe, Niveaux, Noir & Blanc. J'invite les utilisateurs de Lightroom à modifier les raccourcis clavier pour retrouver leurs anciens réflexes, ainsi accélérer le processus de compréhension de Capture One Pro


L’interface.

L’interface de Capture One Pro 12 s’est subtilement et discrètement modernisée pour la rendre plus agréable et surtout plus lisible. Pas d’évolution notable sur les grands principes de la personnalisation de l’ interface. En revanche, il y a une normalisation de l’interface dans les environnements Windows et macOS.


Les masques de dégradés.

Les masques de dégradés évoluent pour s’apparenter de l’existant au sein de Lightroom. Ces filtres dégradés sont modifiables, ils peuvent se déplacer et s’inverser. L’outil pinceau complétera plus finement les réglages. Il existe deux types de filtres au sein de Capture One Pro 12: le filtre dégradé linéaire et radial. Ce dernier type de dégradé offre d’autres options créatrices comme un vignettage personnaliser ou le renforcement de zone précise de la photographie en cours de développement. Soyez très vigilant quant à l’usage de ce type de filtre dégradé, que s’il n’est pas maitrisé, votre photo prendra rapidement un aspect artificiel particulièrement inesthétique.


Plage de luma.

En fait, c’est une fonction de réglage de plage de luminosité des pixels afin d’optimiser une zone de l’image en la délimitant avec l’outil Plage Luma, à partir d’un calque rempli. Ainsi vous avez de nouvelles possibilités de réglages de l’image. Des réglages que vous pouvez coller à d’autres images. Cet outil est extrêmement puissant puisqu’il agit à tous les niveaux (bruit numérique, gestion des couleurs, gestion des hautes et basses lumières, etc.)


Gestionnaire des raccourcis du clavier.

Dans un but de simplification, la personnalisation des raccourcis clavier comporte désormais un module de recherche qui accède rapidement aux éléments que vous souhaitez modifier ou les touches utilisées.


Simulation de films Fujifilm.

Cette fonction s’adresse uniquement aux utilisateurs des boitiers Fujifilm qui accèdent aux simulations de films argentiques de la marque. Des simulations natives bien plus intéressantes que les JPEG sortis du boitier grâce à la souplesse de développement offert par le biais des fichiers bruts, au format RAW.


Les modules externes.

L’ouverture de Capture One Pro aux modules externes était, certainement, la nouveauté la plus attendue de cette nouvelle version. C’est une révolution pour l’éditeur Phase One qui ouvre son produit avec un kit SDK aux développeurs. Pour le moment, seuls, quatre modules sont disponibles: Format, HeliconSoft, JPEGmini et PRODIBI.


Les fonctions manquantes

Au fil des versions de Capture One Pro, on remarque, à chaque fois, une évolution positive et majeure. Néanmoins, au niveau de la gestion du catalogue photographique des absences sont toujours notables.

  • Absence du module de géolocalisation, alors même que les champs sont bien présents. Et plus curieusement, cette impossibilité de réaliser un copié-collé. Une faiblesse non négligeable, sur une fonction quasi indispensable. Cela oblige en amont, avant l’importation, de géolocaliser vos photos à travers des applications comme Geotag Photos Pro ou GPS4CAM. Ce n’est pas rédhibitoire, mais cela oblige une bonne organisation dans le flux de travail.
  • La reconnaissance de visage n’est pas, pour le moment, à l’ordre du jour chez Phase One.
  • Capture One Pro 12 est incapable d’attribuer automatiquement des mots-clés par un système expert d’analyse de l’image.
  • Pas de redressement automatique de l’horizon.
  • La correction des perspectives n’offre pas des automatismes présents au sein de Lightroom sauf pour les dos numériques de la série IQ qui disposent d'un capteur de mouvement intégré, qui enregistre automatiquement les angles.
  • Pas de version tablette de Capture One Pro.

« Ostréiculteurs. Andernos-les-Bains, Bassin d’Arcachon » ©Thierry Lothon 2019.
Leica Q. Traitement dans Capture One Pro 12 avec le Emily Bay (Bright) du pack « LATITUDE - SUNBOUND »


Lecture et tarifs.

Tarifs.

La lecture des tarifs de Capture One Pro n’est pas chose facile, je vous conseille de prendre le temps de lire la liste des différentes propositions de Capture One Pro 12 selon le choix d’une licence perpétuelle ou d’une souscription mensuelle. Au sein de ces deux offres, vous choisissez (ou pas) pour différents packs de styles. En ce moment, Phase One fait de grosses promotions. Par exemple, une Licence perpétuelle débute à 124€ pour une formule simple sans pack de styles. Quant à l’abonnement mensuel, il s’élève à 9€/mois. Capture One Fujifilm et Capture One Sony sont gratuits (mais payants en version pro), pour les possesseurs, vous l’aurez compris, de ces deux marques. Une version de démonstration est disponible et pleinement opérationnelle pendant une période de trente jours.

La chaine YouTube de Adoubeur propose une vidéo pratique des principales nouveautés de Capture One Pro 12


Lecture complémentaire.

Je vous laisse une liste de lecture sur Capture One Pro 12.


Ce que j'en pense

Pourquoi Capture One Pro 12 est-il meilleur ?

Si l’optique est le produit le plus important et le plus sensible dans la panoplie du photographe, il en est de même dans le choix de l’application qui développera vos photographies. Globalement, les photographes s’orientent fréquemment sur l’application qui assurera une gestion totale de la photothèque… Cela tombe presque systématiquement sur Lightroom pour de multiples raisons. Toutes ces raisons sont dans l’ensemble recevables à commencer par son profil all-in-one, un produit à tout faire de l’ordinateur à la tablette, le stockage des photos dans le nuage Adobe et de multiples services et des liaisons autour des autres applications Adobe. De ce point de vue, la force argumentaire va logiquement vers Adobe…

Deux arguments peuvent ou doivent renverser cette logique étouffante où tout repose sur un seul éditeur. Deux arguments qui touchent intimement au fruit de votre création artistique: le rendu photographique et le plaisir de l’usage de Capture One Pro comme peut l’être votre boitier photographique.

Si vous découvrez Capture One Pro 12, faites-le en douceur, sans vouloir reproduire les automatismes que vous aviez, par exemple, dans Lightroom. Vous devez partir à la découverte d’une nouvelle application qui comporte une philosophie différente. Par exemple, l’outil courbe (Luma ou RVB) permet, littéralement, de sculpter les lumières de vos photos sans comprendre la complexité de ce type d’outil. En multipliant les points de contrôle sur la courbe, votre photo se transforme au gré de votre création. La fonction Hi Dynamic Range permet d’équilibrer en douceur la répartition des hautes et basses lumières. Avec dosage, la fonction clarté offrira plus de présence à vos photos. La balance des couleurs normalisera l’aspect colorimétrique de vos photos.

Je vous garantis des résultats classieux, incroyablement naturels, ainsi que le plaisir artistique et créatif que procure Capture One Pro 12.

Merci devotre lecture…

« Couple, dans un paysage graphique et ouaté. Presqu’ile du Cap-Ferret » ©Thierry Lothon 2019.
Sony ARIII, Zeiss bâtis 40F2.
Traitement dans Capture One Pro 12 avec le filtre Petra (Dark) du pack « LATITUDE - SUNBOUND »

Lumière d'appoint SunWayFOTO FL-96

Lumière d'appoint SunWayFOTO FL-96